5 Litres de céréales

  • substrat de pleurote ostreatus
  • pleurote jaune
  • pleurotus citrinopileatus
  • pleurotes jaune
5 LITRES DE CEREALES ENTIEREMENT COLONISEES DE MYCELIUM DE PLEUROTE JAUNE, (Pleurotus citrinopiléatus)

UTILISATION DE VOS CEREALES COLONISEES

Mycélium au repos, qui va se développer lorsque les conditions seront adéquates. Produit de qualité professionnelle produit dans des conditions aseptiques optimales. Pleurote, taux d’inoculation de 2% sur substrat stérilisé. Avec un sac de 5 litres (environ 2,8 kgs vous pourrez inoculer environ 100 kgs de substrat stérilisé. Vous pouvez escompter, selon les conditions de culture une récolte qui devrait se situer entre 20 et 25 kgs.
IMPORTANT : Le mycélium est un produit fragile à conserver au frais dès réception.
Pour vous aider à utiliser votre substrat de seigle colonisé de mycélium de pleurote vous pouvez aussi consulter et télécharger le fichier :
  • Champignons, les techniques de production en forêt par Stéphane Demers, Biologiste, M.Sc. Coopérative de solidarité Cultur’Innov. Télécharger  

Nous apportons également la plus grande attention à l'emballage ainsi qu'à l'expédition de tout nos produits.


UTILISATION DE VOS CÉRÉALES COLONISÉES

DE MYCÉLIUM DE PLEUROTE


PRÉPARATION DU SUBSTRAT DE PLEUROTE


Phase Action

Matières premières

Diverses substances sont utilisées pour la fabrication de composts de Pleurote mais les plus courantes sont : mélange de paille de seigle, de blé, d'orge. Chaque ingrédient utilisé devra être sain, sec et indemne de toute moisissure. En Europe du Nord, la paille de blé est largement utilisée.
La teneur en azote optimale au lardage est de 0.6 - 1.3 % et elle s'obtient généralement en supplémentant la paille avec des protéines localement disponibles. Les sources de protéines les plus courantes sont des rafles de maïs la farine de luzerne ou les graines de colza. Les protéines seront dégradées par le mycélium ce qui fournira une source d'azote et autres substances nutritives nécessaires au bon développement des Pleurotes. L'utilisation de supplément en protéine accroît le rendement de votre récolte de pleurote.
Certains cultivateurs ajoutent au mélange de paille du gypse à raison de 5 - 10 % du poids du compost humide, de la farine de plumes de poulet à raison de 5 à 6 % en poids. Cependant cette pratique est moins courante. Le gypse aide à neutraliser l'ammoniac, nuisible au développement du mycélium.

Préparation du compost.

Les matières premières sont généralement hachées et doivent être mélangées de façon homogène
Les ballots de paille sont humidités pendant 3 à 4 jours avant de les mélanger avec les autres ingrédients. Les tas devront être tournés chaque jour afin d‘éviter des conditions anaérobies. L'humidité finale doit atteindre 70 à 75 %.
Dans les pays où cette pratique est autorisée, un fongicide homologué peut-être ajouté au substrat mouillé afin d'éviter le développement de moisissures.

Pasteurisation

bien qu‘aucune fermentation dirigée et contrôlée ne soit nécessaire pour les composts de Pleurotes, un procédé de pasteurisation incluant une phase à 60 - 70 °C, puis une phase à 50°C d'une durée totale de 48 à 72 heures est appliqué pour tuer les insectes et autres vecteurs de maladies. La meilleure homogénéisation est obtenue en Tunnel.
Des petites quantités de substrat peuvent être plongées dans de l'eau à 80 ° C pendant 2 heures avant d'être asséchées mais ce n'est généralement pas pratiqué sur un plan commercial.
Le compost est ensuite refroidi (par de l'air froid) avant l'ensemencement.
La perte de poids du compost pendant la pasteurisation s'élève généralement à 10 %.

Le lardage

le substrat au lardage devra présenter les caractéristiques suivantes :

Total Azote : 0.6 - 1.3 %
PH : 6.5 - 7.5
HR : 70 - 75%

Parce que le mycélium de Pleurotes n'est pas aussi résistant à l'infection que l'Agaricus, le taux de lardage recommandé est de 2% en poids.
Le lardage s'effectue en général quand la Température atteint 25 -28 °C. Le compost ensemencé est mis dans des sacs en plastique de 20 kilos, soudés et comprimés de façon à former un bloc. Il y à généralement 2 ou 3 sacs empilés les uns sur les autres dans la salle de culture, les trous ont été répartis de façon convenable autour des extrémités du sac afin de favoriser la fructification.




LES TECHNIQUES DE CULTURE POUR LES SOUCHES PLEUROTUS



Phase Action

Incubation

Les températures d'incubation optimum dans les substrats de pleurote sont de 25-30 °C. Avec certains substrats de pleurote, en Italie notamment, une température allant jusqu'à 35 °C au cœur des blocs est préférée. Les cultivateurs augmentent souvent la température de l'air le premier jour pour initier rapidement la croissance. Celle-ci est ralentie quand la température du substrat de pleurote est inférieure à 20 °C, mais le mycélium de pleurote risque de chauffer rapidement au-dessus de 30 °C. Il est très important de contrôler la température au milieu des blocs et non pas seulement la température de l’air. Généralement, la température de l'air ne devra pas excéder 20 °C et la température du compost de pleurote ne devra pas excéder 30 °C pendant la phase de croissance.
Le mycélium de pleurote doit envahir le substrat rapidement afin d'empêcher la croissance et le développement de moisissures concurrentes.
Des teneurs en CO2 élevées sont souhaitables pour un bon envahissement du blanc avec une humidité optimum de 80-95 °C.
L’incubation dure 2 - 3 semaines selon les conditions climatiques et le taux de lardage. L'incubation est réalisée presque entièrement dans l'obscurité afin d'éviter le développement prématuré des grains.

Début de la récolte

Une fois que le compost est totalement envahi de mycélium de pleurote, une brusque chute de température est habituellement nécessaire pour initier la fructification des souches hivernales.
Cependant, cette souche ne nécessite pas un choc extrême comme dans le cas de certaines variétés de Pleurotes. Bien qu’il soit possible d'initier la fructification de cette variété entre 5 et 20 °C, la température idéale pour obtenir un bon rendement et une bonne qualité est de 10 - 16 °C.

Récolte

Lumière : 12 heures de lumière par jour avec 100 - 150 lux à la surface sont nécessaires après la période d' incubation pour la formation de grains. Si la quantité de lumière est insuffisante, les champignons auront de longs pieds et de petits chapeaux. La quantité de lumière peut également influer sur la couleur des champignons. Pendant les mois d'hiver, les champignons deviennent généralement plus sombres que lorsqu'ils poussent au début de l'automne ou du printemps.
Humidité : Pendant la récolte un taux d'humidité de 80 - 90 % devra être maintenu. De faibles humidités peuvent entraîner la décoloration et le dépérissement des chapeaux. Ce problème sera résolu par la brumisation et l'arrosage, cependant il faudra empêcher les condensations sur les primordias.
Des teneurs élevées en CO2 lors de la fructification favorisent le développement de pieds plus longs et la formation de chapeaux plus petits. Des teneurs de 0.05 % (500 ppm) sont idéales pendant l'incubation. Quand les primordias commencent juste à se développer, et entre chaque volée, le CO2 peut augmenter jusqu'à  0.1 - 0.15 % (1000-1500 ppm). Une fois que les primordias commencent à se développer, il est important de ventiler la pièce pour empêcher les problèmes bactériologiques.
Il est conseillé, afin de maintenir une bonne ventilation, 150 ml d’air par heure et par tonne de substrat inoculé, à une température de l'air de 12 - 15 °C.
Les premiers primordias apparaîtront 1 - 2 semaines après la fin de l'incubation. Ils mettront environ une semaine avant d'atteindre leur maturité.
La ventilation de la pièce immédiatement avant la récolte réduira la quantité de spores pour les souches qui en émettent beaucoup.
La première volée représente environ 40 % de la production totale. Les cultivateurs récoltent généralement les 3 volées au cours de 8 - 10 semaines.